-->

mercredi 21 août 2013

Tendance....BLEUE !



« Le bleu fait un retour en force, dans le secteur de la maison! »

C’est ce que nous dit Caroline Salle dans un tout récent article du Figaro (11 mars 2011).
Bonne nouvelle! puisque nous dit-elle, le bleu reste une constante dans les goûts des Occidentaux, dont elle est la couleur préférée.


Un petit tour d’horizon nous donne à penser qu’ils ne sont pas les seuls… Qu’on pense au bleu des Egyptiens, ou des Mayas, au bleu des Hommes bleus du Sahara, à l’indigo du pays dogon et au pastel du sud ouest de la France, aux coupoles de Santorin et de la mosquée bleue d’Istamboul, aux merveilleuses porcelaines bleu et blanc de Chine, au beu de Delft en Hollande, ou encore aux inimitables décors japonais…


Bref, on nous annonce donc la tranquille progression de cette couleur dans nos intérieurs, dans la mode, et jusque dans nos assiettes, où vient d’apparaître …une crevette bleue, l’obsiblue!

  Le bleu, c’est ZEN!

Les sociologues pensent détenir le secret de ce désir de bleu qui nous gagne: couleur apaisante et zen par excellence, évoquant la mer et le ciel, elle constituerait semble-t-il un doux remède anti anxiété, en ces temps de crise… Un appareil photo habillé de bleu ne s’affiche-t-il pas « ZEN », en ce moment même sur les affiches parisiennes?

Quoi qu’il en soit, n’attendons pas: Plongeons avec délice dans un océan de bleu, où toutes les nuances s’accordent, du cobalt à la turquoise, de l’outremer au céruléen, de Majorelle à Tiffany et de la Perse à la Prusse… Emboîtons le pas aux créateurs qui tels Hermès et son splendide service Bleus d’Ailleurs, Giorgio Armani avec sa Femme bleu touareg ou encore la galerie Merci (qui propose des assiettes de Paola Navone pour Reichenbach), nous font vivre à l’heure bleue.

Pour décorer la porcelaine

Pour décorer la porcelaine, la gamme est infinie, des riches bleu de cobalt et de Sèvres aux inratables bleu Delft ou bleu hortensia en passant par toute une gamme camaïeu. Tous les mélanges sont possibles, toutes les juxtapositions sont acceptables, difficile de ne pas trouver son bonheur. Une cuisson au dessus de 800° s’impose, une température plus élevée apportant plus de brillance. Sur supports fragiles, comme par exemple des carreaux de faïence, il peut se révéler utile d’apporter un peu de fondant pour compenser une cuisson à température moins élevée (1 part de fondant au maximum pour 4 parts de pigment bleu, soit 20 p. cent).

Frise de carreaux inspirée d’Iznik (Turquie)
Grand décor aux papillons (d’après un tissu de Paule Marot)

Côté lustres, de splendides effets peuvent être obtenus, les teintes claires étant plus fidèles que les foncées; ces dernières réservent parfois des surprises, (mais il est toujours possible de rattraper un lustre qui n’a pas donné ce qu’on en attendait: exemple avec ce bougeoir!)

   Lustre bleu glacier pour ces petits photophores (sur le côté : pose de lustre en full immersion)
Un dégradé de bleus, rehaussé de blanc relief 

Côté inspiration, allez chiner du côté des azulejos portugais, des porcelaines de Chine et du Japon, des carreaux de Delft, des plats d’Iznik, en Turquie, des plats grecs, etc…

Céramique de Talavera (Mexique)










Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire