-->

lundi 19 août 2013

Lisbonne, la bleue



« Azulejos »

On pourrait croire que le mot signifie « bleu » (azul en portugais)… Eh bien, non! Le mot vient de l’arabe az-zulaïj qui signifie « pierre polie »! Ce sont en effet les Maures qui ont apporté avec eux cette technique décorative au XIVème siècle, jusqu’en Espagne.



Au Portugal, la technique se développe dès le XVème siècle, d’abord en bleu et blanc puis par la suite, en plusieurs teintes (les majoliques). Au XVIIIème siècle, la production décuple: le matériau, moins cher que le marbre, orne les palais, les résidences, mais aussi les cloîtres et les églises. Il orne les façades des bâtiments publics, les escaliers, et fait l’objet de grandes commandes. C’est le siècle d’or des azulejos. Bouquets, personnages, animaux, scènes de chasse, fable de La Fontaine, les sources d’inspiration sont multiples et s’adaptent aux contraintes architecturales les plus variées magré un nombre limité d’archétypes.

 

A XIXème siècle, il devient possible de fabriquer les carreaux en série. Les azulejos investissent les cuisines, les maisons, les salons.


Après le tremblement de terre qui détruisit une très grande partie de Lisbonne, d’immenses travaux de reconstruction furent entrepris: les azulejos se déploient alors sur les façades des immeubles.


Impossible d’y échapper lorsqu’on visite la belle Lisbonne! D’autant plus que de nombreuses échoppes vendent des azulejos contemporains ou des répliques de carreaux anciens, et qu’on peut y observer les décorateurs au travail…

Enfin, cerise sur le gâteau, faire un petit tour au splendide et incontournable Musée national des azulejos, logé dans un palais de style manuélin, où l’on découvrira les plus belles compositions anciennes comme contemporaines, ainsi que la technique traditionnelle de fabrication et une saisissante vue complète de Lisbonne avant le tremblement de terre…


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire